Circuit Vietnam - Laos - Cambodge

Le meilleur de l'Indochine

Voilà une Asie merveilleuse, intemporelle, fécondée par le Mékong et l’empreinte millénaire du bouddhisme. Peuplée depuis la nuit des temps, raffinée par les siècles, la péninsule indochinoise est un vibrant kaléidoscope aux identités fortes et multiples. D’un lieu à l’autre, entre effervescence des rues et quiétude immuable des temples, le génie de ses civilisations séculaires a créé des cités exceptionnelles, véhiculant leur lot de romantisme : Hanoï, Luang Prabang, Angkor. Trois lieux, trois pays, trois merveilles du monde, que ce vous propose d’explorer, en toute quiétude et sérénité - et en compagnie d’un guide francophone privé.

PRIX

 

Quotidien | Avec chauffeur et guide privé


1er jour, ZURICH – Hanoi

Envol avec SINGAPORE AIRLINES via Singapour pour Hanoi.

2ème jour, Hanoi

Arrivée le matin. Accueil à l'arrivée par votre guide et transfert en voiture privée pour votre hôtel. Une fois installé et rafraîchi, votre guide vous entraîne, l’après-midi, dans un premier bain de foule vietnamien - mais au rythme d’antan, en cyclopousse. La vieille ville se livre ainsi par coups d’œil. Vélos surchargés et motos bourdonnantes. Vendeuses de fruits itinérantes au chapeau conique. Stands de Street Food. Façades coloniales vanille ou tirant sur le safran. Lianes et bougainvillées voraces. Lanternes et lampions de tissu dansant au-dessus des carrefours. Ruelles épingles à cheveux aux balcons et néons à touche-touche. Hanoi est une ruche, au dynamisme contagieux. Continuation pour le lac de Hoan Kiem, oasis au cœur du centre trépidant. Ses eaux vertes font écho au rouge laqué du pont jeté jusqu’au temple de la Montagne de jade (Ngoc Son), sur son îlot. Une image d’éternité, ancrée dans six siècles d’histoire.

3ème jour, Hanoi (PDJ/DÉJ)

Une journée pour 1'000 ans d’histoire ! La proche Pagode au pilier unique, allégorie de la fleur de lotus, s’épanouit depuis 1048 sur son unique échasse. Le rêve d’un prince. Au-delà, la sagesse confucéenne infuse les lignes du Temple de la Littérature, première université du pays (1076), aux trois cours et bassins noyés dans la quiétude d’un jardin de pagodes, bonsaïs, statues et bronzes.

À l’effervescence succède une matinée intemporelle, à l’invitation d’un artiste, né dans une famille de marionnettistes sur sept générations, chez lui dans sa maison (une exclusivité Lotus)! Bastion de tradition dans ce monde en constante évolution, le théâtre de marionnettes vietnamien sur l’eau (ou plutôt dans l’eau!) revisite le passé en 50 mn d’un spectacle poétique accompagné de graciles flutes en bambou et du tonnerre des percussions annonçant l’arrivée des dragons.

Après le déjeuner au restaurant Ly Club (ou similaire), le ton est donné par l’imposant mausolée de granite qui abrite la dépouille de l’Oncle Hô — Hô Chi Minh, héros et icône de l’indépendance nationale. De là, les Vietnamiens pérégrinent respectueusement jusqu’à sa modeste maison en bois sur pilotis, nichée sous les arbres bruissant d’oiseaux.

Le Vietnam est un contraste permanent. La preuve par la dernière aventure du jour : une promenade le long de la voie ferrée, aux flancs colonisés par une multitude d’échoppes. Une étonnante tranche de vie, lorsque le train s’annonce à grand renfort de sifflements, frôlant les murs…

4ème jour, Hanoi – Baie d'Halong terrestre (PDJ/DÉJ)

Par les fenêtres du véhicule, se propagent des images de rizières. Le delta du fleuve Rouge approche. Sont-ce vraiment des montagnes qu’accroche désormais le regard, ou d’immenses dragons de pierre affalés sur les champs ? Alter ego continental de la célébrissime baie d’Halong, la baie d’Halong terrestre, proche de Ninh Binh, collectionne les pains de sucre rocheux drapés de végétation tropicale d’une émeraude profonde.

On s’immisce entre leurs échines pour découvrir des villages attachants. L’occasion de faire connaissance avec quelques-uns de leurs habitants, de cuisiner ensemble, d’en apprendre un peu plus sur la culture du riz - voire de mettre la main à la pâte ! L’occasion, aussi, d’explorer à bord d’un petit sampan une grotte à demi-immergée, typique du relief karstique de la région. La journée s’achève au calme, devant le pagodon à deux étages du joli petit temple de Thai Vy, amarré à un îlot entouré de rizières d’un vert sans cesse changeant - couleur d’absinthe au printemps, doré juste avant la récolte. Tout autour, la corolle des montagnes ruiniformes dessine comme une frontière intemporelle le protégeant du vaste monde.

5ème jour, Ninh Bing – Baie d'Halong (PDJ/DÉJ/DÎN)

Voici venu le moment d’embarquer. La baie d’Halong est là, la vraie, avec ses îlots surgissant des eaux du golfe du Tonkin. Plus que des îlots : des montagnes. Plus que des montagnes : des pitons enrobés de falaises et de végétation, moutonnant dans la lumière bleutée de l’horizon.

Toute une journée durant, au rythme lancinant du moteur, la jonque (aménagée) parcourt ce fabuleux labyrinthe émeraude de 1969 îles. Formant le plus grand karst marin du monde, elles cachent des grottes. Des cavernes. Des criques. Des plages sauvages où, si le temps s’y prête, la baignade est possible. NB: le guide n’étant pas autorisé à accompagner ses clients à bord, la croisière se déroule sans lui. Dîner et logement à bord.

6ème jour, Halong – Hanoi – Luang Prabang (PDJ)

La croisière s’achève vers midi. Retour au monde réel - en douceur, dans le village de Bat Trang, réputé depuis six siècles pour sa porcelaine (musée), où jarres et vases à long col bleu et blanc se multiplient comme par magie tout au long des ruelles. Et si vous vous essayiez à travailler la terre, vous aussi ? Dans la soirée envol continuation de votre circuit en Indochine pour l’étape suivante : Luang Prabang, la capitale historique du Laos voisin - poétiquement surnommé le "royaume du Million d’éléphants". Voilà une ville unique dans un pays unique, dépositaire de traditions largement inchangées.

7ème jour, Luang Prabang (PDJ)

Le Bouddha aurait souri, dit-on, lorsqu’il se reposa ici au cours de ses voyages, annonçant qu’une capitale riche et puissante s’y élèverait un jour. Comment décrire les vertiges du vieux Luang Prabang ? Plus de six siècles d’histoire contemplent ici le confluent de la rivière Nam Khan et du roi Mékong, roulant ses eaux brunâtres dans l’entre-deux d’une large vallée nappée de montagnes, de jungle et d’air tiède.

Le Musée du Palais Royal déroule les siècles, tandis que le Centre des Arts traditionnels et d’ethnologie explore les multiples cultures de ce joli coin du Laos. Mais le temps écoulé n’est nulle part aussi prégnant que dans les multiples temples bouddhistes de cette ville-sanctuaire — à l’instar de l’emblématique Wat Xiengthong dardant vers les cieux ses toits multiples, pointus et dorés, et du vénérable Wat Visoun, modèle du genre, en activité depuis cinq siècles. Entre temps, rejointes par bateau privé en remontant le fleuve, les grottes de Pak Ou, creusées dans une falaise riveraine, révèlent une autre dimension de la spiritualité lao, avec leurs milliers de Bouddhas petits et grands méditant dans la pénombre. La croisière de retour, au fil du courant, prévoit deux escales dans des villages de tisserands.

La fin d’après-midi, bercée par le doré du couchant, invite ceux qui le souhaitent à la contemplation, au pied du stupa doré du mont Phousi - belvédère parfait sur Luang Prabang et le Mékong.

8ème jour, Luang Prabang (PDJ)

Il faut parfois se lever tôt pour mieux apprécier la valeur des choses. Votre guide vous proposera de rejoindre, au chant du coq, les centaines de fidèles faisant offrande de riz gluant et de fruits aux moines — un rituel immuable nommé tak bat. Et pourquoi pas un retour via le marché qui s’éveille ?

L’essentiel de la journée se déroule en dehors de la ville, à butiner dans des paysages de rizières et de chlorophylle intense. L’eau est partout ici, dévalant la montagne en drapés poétiques aux chutes de Kuang Si - où rien n’interdit de se baigner dans les bassins turquoise. À l’orée du sentier y menant, s’est installé un Centre de réhabilitation des ours (à collier).

La campagne d’ici est fort active. La visite de la ferme Laos Buffalo Dairy, créée pour améliorer les revenus des agriculteurs locaux, le prouve — avec une dégustation de leurs fromages artisanaux ou une glace au lait de bufflonne. Dans le même esprit, sur le chemin du retour, le centre de tissage sur soie Ock Pop Tock révèle le travail acharné de ses fondateurs pour préserver le savoir-faire et la connaissance des teintures naturelles.

En soirée vous participerez à un baci. Il s'agit d'une cérémonie traditionnelle laotienne qui vise à renforcer les liens familiaux, à honorer les invités et à attirer la bonne fortune. La cérémonie est dirigée par un maître de cérémonie qui récite des prières bouddhistes et attache des fils de coton sacrés autour des poignets des invités. Cela symbolise le fait d'attirer les bonnes énergies et de protéger contre les mauvaises influences. Pour qu’il vous porte chance, il faut le conserver au moins trois jours et, idéalement, le laisser tomber de lui-même !

9ème jour, Luang Prabang (PDJ)

Oubliée par les temps modernes, Luang Prabang invite à s’oublier soi-même. Cette journée libre n’est pas de trop pour prendre la pleine mesure de son charme intemporel. Respirer son marché du matin et marchander sur son marché de nuit. Voir son pont de bambou et ses édifices coloniaux — et tous les autres temples aussi, aux emblématiques toits multiples glissant presque jusqu’au sol. La ville en compte 80, à commencer par le sublime Wat May Souvannapoumaram, nimbé d’or, laqué de noir et de pourpre, au grand Bouddha doré assis. Au Wat Pha Bat Tai, l’Éternel est couché. Il faut le contourner dans le sens des aiguilles d’une montre, puis dévaler jusqu’aux rives du Mékong à l’heure à laquelle le soleil s’apprête à plonger dans les eaux. Plus qu’une tradition : un rituel.

Luang Prabang n’est pas que la capitale religieuse du pays. Elle est aussi sa capitale gastronomique. Nous vous proposons en option une initiation à la cuisine laotienne, dans le jardin et sous la conduite du chef de l’excellent restaurant Tamarind, posé face à la rivière Nam Khan. Riz collant, laap très épicé aux herbes aromatiques, salade de papaye verte et autres mok pa (papillotes de poisson au lait de coco) n’auront plus de secret pour vous. Prix CHF 110.- par personne avec déjeuner.

10ème jour, Luang Prabang – Siem Reap (PDJ, DÎN)

Après une dernière matinée libre, vous rejoignez l’aéroport pour un vol (90 mn) à destination de Siem Reap, la principale ville de l’ouest du Cambodge, implantée aux portes de la cité d’Angkor. Le soir dîner avec danses Apsara, qui rendent grâce aux frêles danseuses des bas-reliefs.

11ème JOUR, Siem Reap / Angkor (PDJ/DéJ)

Ses temples émergeant de la jungle et d’entre les rizières ont fait sa célébrité. Mais qu’en est-il d’Angkor ? Bien plus qu’un temple, il y a là 200 temples. Plus qu’une cité : sept cités juxtaposées entrelacées de bassins d’irrigation géants, occupant 400 km2. L’épicentre de l’immense royaume khmer.

Plus que de visite, parlons d’ensorcellement. Parcourir les ruines d’Angkor, c’est sentir battre le pouls de l’histoire à travers l’énigmatique sourire des apsaras (les danseuses célestes) courant sur les bas-reliefs. En vedette : les grands temples-montagnes, représentations terrestres de l’Olympe hindou. Angkor Vat (1180), symbole du Cambodge, aux cinq tours fantasques. Plus vaste encore : Angkor Thom, où cohabitent pachydermes de chair et de pierre, sur la Terrasse des Éléphants. À quelques enjambées, le Bouddha imprime sa face sereine entre les 54 pinacles du Bayon.

Les vastes douves défensives qui enserrent toujours Angkor Thom ont changé de vocation : on y embarque aujourd’hui sur un bateau traditionnel khmer pour une mémorable croisière au coucher du soleil (et au champagne). Puis la journée s’achève… au cirque!  Le petit cirque Phare avec des artistes issus de familles socialement défavorisées offre à des étudiants la possibilité d’affiner leurs compétences et où gagner un salaire décent qui les sortira de la pauvreté. Ni des animaux ni des clowns ne sont utilisés, il s'agit d'un spectacle artistique à but caritatif.

12ème jour, Siem Reap / Angkor (PDJ, DÎN)

L’exploration d’Angkor se poursuit en remontant plus avant les siècles. Direction Banteay Samré (XIIe s), prélude à Angkor Vat, claquemuré derrière ses murailles hautes de 6 m. On y vénérait Vishnou. Antérieur de deux siècles et entouré de trois enceintes concentriques, Banteay Srei est hérissé de gopuras (tours) aux scènes sacrées très finement ciselées dans le grès rose. Un monde le sépare des Bouddhas étranglés du Ta Prohm, visité sur le chemin du retour. Englouti par la forêt, voilà un temple unique, iconique, romantiquement écartelé par les racines des banians et les lianes.

Religion de 95 % des Cambodgiens, le bouddhisme modèle aujourd’hui encore la société. Rares sont ceux qui, enfants, n’ont pas fréquenté les temples, quitte à revêtir un temps l’habit safran. Indissociable des croyances, la bonne fortune s’acquiert par les bonnes actions et par l’intermédiaire de rituels, comme celui auquel votre guide vous conviera, dans un monastère. Une expérience à la fois culturelle et spirituelle, entrecoupée d’aspersions d’eau bénite, de mélopées et de sutras scandés. À la fin, un moine nouera à votre poignet un fil de laine, à conserver jusqu’à ce qu’il tombe de lui-même.

Siem Reap a trois cordes à son arc : son architecture coloniale, sa table et son animation le soir. Rien de tel, pour faire connaissance, que de sauter dans un tuk-tuk en compagnie d’un guide local pour une petite aventure gastronomique (de 4h). Contrastes et sourires complices. D’échoppes en stands de rue, en passant par le marché nocturne, dans le brouhaha vespéral des appétits grandissant, les papilles dégustent. Poivre de Kampot, pâte de crevettes ou de poisson fermentée, curry local, sauce de soja ou sauce d’huître, les goûts sont différents, ébouriffants. Et ces insectes grillés ou frits, vendus par pelletées entières… oserez-vous?

13ème jour, Siem Reap – ZURICH (PDJ)

Dernière journée, dernières expériences. Impossible de visiter Angkor sans s’immerger un temps dans la beauté lacustre des paysages du Tonlé Sap. Plus vaste lac d’Asie du Sud-Est, celui-ci assure 70 % de la pêche du pays et l’irrigation de son grenier à riz. Village de pêcheurs aux maisons juchées sur de très hauts pilotis, transport en barque, forêts ennoyées, marchés et ateliers, abordés par bateau, témoignent d’une vie entièrement dictée par les crues du Mékong.

À Siem Reap, Les Artisans d’Angkor ont, les premiers, contribué à préserver le précieux savoir-faire des soyeux et tisserands locaux. L’occasion d’acheter de splendides pièces de tissus, mais aussi d’artisanat, créées par les élèves de ses écoles de sculpture et de laqué. Les étals du vieux marché de Psar Chas sont plus prosaïques : quincaillerie, fruits et légumes, poissons du Tonlé Sap, grenouilles, poulets à longues pattes et herbes fraîches. Votre circuit en Indochine prend fin en début de soirée. Transfert pour l'aéroport et vol de retour avec Singapore Airlines via Singapour.

14ème jour, ZURICH

Arrivée à Zurich au lever du soleil.


PDJ = petit déjeuner, DÉJ = déjeuner, DÎN = repas du soir


PRIX

IMPRIMER PROGRAMME

En option : programme complémentaire

Notre site web utilise des cookies. En utilisant le site web et ses offres et en continuant à naviguer, vous acceptez ces cookies. Vous trouverez des informations détaillées sur l'utilisation des cookies et sur la manière de les supprimer dans notre déclaration de protection des données.