Les plages de Bali

Il y a les sauvages et les urbaines, les sereines et les taquines, celles où la mer se retire presque jusqu’au récif corallien, découvrant à marée basse d’immenses estrans, et celles où les vagues frappent assidument à la porte des tapis de sable fin. Les plages de Jimbaran, Nusa Dua, Sanur et Seminyak déclinent 1001 ambiances. On les choisit selon ses goûts, son envie de lézarder, de se promener cheveux aux vents, à vélo, de manger du poisson grillé pieds dans le sable, de faire la fête dans une ambiance cosmopolite, ou de se lancer à l’eau — en surf, pourquoi pas? La variété est si grande qu’on peut même choisir la couleur de son sable: blanc, doré ou noir (volcanique)?


1/5

Nusa Dua et Benoa

Deux plages, deux ambiances: à Nusa Dua le repos assuré dans un cadre tropical bien léché, à Benoa l’effervescence des sports nautiques.

Nusa Dua déroule sa belle plage blonde — en pente douce — sur fond de complexes hôteliers de luxe noyés dans de vastes jardins tropicaux. Un lieu au calme olympien, retiré de l’animation, parfait pour décompresser et se baigner, avec golfs et centre commercial haut de gamme à portée de main. Plus au nord, Benoa affine un étroit ruban de sable davantage tourné vers les activités nautiques — et particulièrement les balades en scooter des mers. On ne peut y nager qu’à marée haute

2/5

Kuta, Legian et Seminiyak

Ici, on profite de larges plages. On s’adonne au surf. On fait la fête. Et on se laisse happer par les envies de shopping et les attractions.

8 km de vastes plages séparées des hôtels et des quartiers commerciaux (très) animés par un liseré de cocotiers et de végétation. Tourné vers l’ouest, le littoral est parcouru par de puissants courants et battu par les vagues, attirant les surfeurs mais rendant parfois difficile la baignade. Kuta, très jeune et bouillonnante, aligne magasins et bars. Legian est un peu plus tranquille, Seminyak davantage encore, où se regroupent spas, hôtels boutique et shops à la mode.

3/5

Sanur

Longue de 8 km, la plage de Sanur s’étire sur la côte orientale, aux portes de Denpasar, face à la barrière de corail. Un lieu paisible, parfait pour les familles.

A marée basse, la mer se retire jusqu’au récif. Un très large estran se découvre alors, sur lequel s’échouent les pirogues à balancier. A marée haute, elle vient lécher le rivage: le moment idéal pour se baigner dans des eaux calmes ou sortir son masque de plongée. Les familles avec de jeunes enfants apprécieront. Le sable doré est doux et la promenade littorale relaxante. On y glisse volontiers à vélo, pédalant à l’ombre des grands arbres et butinant au fil d’une ribambelle de petits restaurants.

4/5

Jimbaran

Jimbaran, c’est d’abord un très joli tapis de sable blanc. Mais c’est aussi le rendez-vous, au coucher du soleil, de tous les amateurs de petits restaurants de fruits de mer.

Chaises longues et parasols alanguis dans le sable poudreux, eaux sereines mais toujours propices à la baignade: Jimbaran a bien des qualités. La plage, étirée sur plus de 3 km, épouse le flanc ouest de l’isthme reliant Bali à la presqu’île de Bukit. Le soir, on s’y donne rendez-vous devant un cocktail ou une noix de coco glacée, dans une ambiance bon enfant, pour voir le disque rougeoyant du soleil glisser doucement au-delà de l’horizon.

5/5

Candidasa

Loin de la ville, sur la côte orientale, la petite station balnéaire de Candidasa offre une image sereine, entre montagnes boisées et récif invitant à la plongée.

L’échine montagneuse de la baie d’Amuk, d’un vert profond, se charge du décor. Les pirogues à balancier sommeillent sur le sable, face aux eaux turquoise. L’ombre des palmiers s’étire et, au large, flottent quelques îlots. Porte d’accès à l’Orient balinais, la petite station balnéaire de Candidasa est plongée dans une torpeur tropicale qui contribue largement à son charme. La plage n’est pas bien large et la baignade impossible au jusant. Mais avec la marée haute revient l’heure du bain.